Les dérobés de Berenia

les derobés de BereniaJe n’ai publié aucune critique pendant neuf mois et soudain en voici deux en moins d’une semaine. Au début de l’année, j’avais « La paysanne » à finir avant sa sortie et je m’étais plus impliqué dans la correction de textes de jeunes auteurs que dans la lecture. À cela s’ajoute que je ne chronique que les romans autoédités, et que ces derniers temps j’ai lu beaucoup d’œuvres poussées par des maisons d’édition traditionnelles. Mais je dispose d’une longue PAL dans ce domaine, vous allez donc voir le nombre de mes chroniques augmenter.

Les dérobés de Berenia est le premier roman d’un cycle intitulé « L’éclat et l’ombre ». Il est publié par Audrey Marin-Pache une jeune autrice de fantasy que j’avais déjà rencontrée précédemment via internet puisqu’elle fait partie des toutes premières chroniqueuses de « La paysanne ».

L’histoire se déroule dans un monde où la magie est omniprésente, plus précisément dans le royaume de Berenia. La magie la plus convoitée y est celle des soins. Mais avec l’arrivée d’un nouveau roi, les jeunes soignants en formation disparaissent mystérieusement. Eryn, étudiante à l’académie de Berselen, une ville éloignée de la capitale, ne croit pas à cette histoire. Jusqu’au jour où elle est à son tour victime des ravisseurs.

Les personnages.

L’histoire est racontée à la 1re personne. Il y a donc un personnage omniprésent puisqu’on vit tous les événements par son intermédiaire. Certains autres toutefois se détachent du lot.

Eryn : C’est l’héroïne de l’histoire et la narratrice. Elle est une étudiante de l’académie de soin, donc soignante en devenir, mais manquant encore d’expérience dans ce domaine. Son éclat de magie est bien évidemment le soin, le plus rare et le plus convoité.
Lucya : jeune femme qui dirige le travail des ravisseurs pour mener les dérobés au roi. Elle bénéficie d’un éclat de danse.
Elphege : c’est un jeune homme disposant des mêmes compétences magiques qu’Eryn, mais plus expérimenté. Il va entraîner la jeune femme à s’en servir.

Ces trois personnages sont les plus importants du roman, mais ils en côtoient bien d’autres.

La magie

Le titre de la série la décrit littéralement. À la puberté, chaque enfant reçoit un éclat de magie. Ceux-ci recouvrent toutes les compétences nécessaires au fonctionnement de la société. Eryn hérite d’un éclat de soin, mais il existe aussi des éclats de force, de vitesse, de mémoire, de danse. Quand une personne se sert des capacités de son éclat, cela augmente sa part d’ombre. Lorsque trop d’ombre a envahi une personne, elle peut en mourir. La façon dont la nature de l’éclat est révélée est bien décrite dans le livre. Et son utilisation ne nécessite pas de rituels particuliers et souvent ridicules comme on en trouve généralement dans d’autres romans.

L’univers

Contrairement à beaucoup d’œuvres de fantasy, il n’existe pas de multiples races. On ne trouve que des êtres humains dans ce roman. En fait, si on excepte la géographie, ce monde ressemble beaucoup au nôtre, à l’époque de la Renaissance ou du moyen-âge. On identifie dans l’histoire deux pays voisins : Berenia et Lupesia, mais il en existe d’autres (des personnages évoquent le royaume de Korlish). Malgré leur proximité, ces deux pays sont très différents. Par exemple, Lupésia pratique l’esclavage alors que Berenia réprouve cette pratique. Berenia présente comme particularité d’être une monarchie démocratique, le roi y est élu par la population. Bien qu’anodin en apparence, ce fait explique le comportement de beaucoup de personnages. Enfin, même si la religion est peu abordée dans cette histoire, on comprend qu’elle joue un grand rôle puisque le pays dispose d’une capitale politique et d’une capitale religieuse.

L’histoire.

Elle commence rapidement. On est tout de suite plongée dans l’action. Il n’y a pas de longue introduction ni de prologue qui nous raconte tout cela. L’auteur nous distille tous ces éléments au fil de l’histoire. Quelques flash-back nous permettent de connaître le passé d’Eryn quand c’est nécessaire à la compréhension des événements. On comprend donc parfaitement tout ce qui se passe sans qu’on ait besoin d’explications supplémentaires. L’histoire, bien que courte, est riche. Le scénario plein de rebondissements nous amène là où on ne s’attendait pas en commençant la lecture. À cela s’ajoute une écriture claire. Écrit directement en français, il ne souffre pas des affres de la traduction, nous pouvons donc apprécier pleinement les qualités littéraires de l’autrice. Tout cela rend ce roman très addictif.

Mon avis.

Comme signalé plus haut ce roman est très addictif. Il ne m’a fallu que deux jours pour lire alors que le roman précédent, de même taille, m’aura occupé une semaine entière. Autant le scénario très original que le monde qui échappe aux clichés ou le personnage qui tente courageusement de faire face alors que les événements la dépassent, tout a contribué à me faire aimer ce roman. Il n’a qu’un seul défaut, ce n’est qu’un tome 1 et le tome 2 n’est pas encore publié.

 

« Les dérobés de Berenia » sur Amazon
« Les dérobés de Berenia » sur Babelio
« Les dérobés de Berenia » sur Booknode
« Les dérobés de Berenia » sur Livraddict

 

2 commentaires sur “Les dérobés de Berenia

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s