La déserteuse

deserteusePour la nouveauté du mois, j’ai choisi un livre sur Scribay, le petit frère français du géant Wattpad. Ce livre est « La déserteuse » de Brad Priwin.

« La déserteuse » fait partie d’un ensemble de romans qui se déroulent dans le même monde. Mais il n’est pas l’élément d’une saga. C’est bien une œuvre unique qui peut se lire indépendamment des autres textes. Il existe toutefois quelques personnages secondaires récurrents.

Carône, le royaume le plus puissant du monde occidental, est menacé par les activités de son voisin instable du sud-est, le Ridilan. Sous l’influence de Jalode Nalei, la grande générale, il va donc monter une armée afin de contrer la menace en envahissant le petit royaume avant qu’il ne soit trop tard. Denna Vilagui, une jeune femme apprentie peintre, va être enrôlée de force afin de participer à la « libération du Ridilan ». C’est la vision de cette dernière qui va être racontée dans l’histoire. On va la suivre à travers sa formation de soldat puis pendant la campagne. Au cours de celle-ci, divers vérités vont remonter à la surface.

Bien que l’histoire mette en scène une unité de l’armée de Carône, le royaume lui même est assez peu décrit, ce qui est logique puisque le sujet est une campagne. On en a quand même une idée largement suffisante pour comprendre tout ce qui est en jeu. En revanche la vie militaire est bien détaillée, de même que le royaume du Ridilan puisque c’est là-bas que se déroule la majeure partie de l’action. On y découvre la culture, les institutions et le mode de vie des ridilanais ainsi que ce qui les oppose à Carône, auxquels se rajoute quelques des notions de la géographie.

La principale originalité de ce roman est qu’il est vu par les yeux d’une apprentie peintre. Le vocabulaire employé est donc celui de la peinture et un filtre en relation avec cet art est appliqué à tous les événements. Toutefois, ce roman ne se limite pas à cela. Loin de là. On y trouve toute une collections de personnages bien dessinés. L’héroïne tout d’abord, Denna dont on va suivre l’évolution tout au long de l’histoire. Mais aussi les soldats de Carône, la générale et quelques ridilanais. Malgré leur nombre, le lecteur n’est pas perdu et n’a aucun mal à les reconnaître quand ils se présentent.

À côté de l’action, cette histoire aborde de nombreux thèmes qui en font un roman bien plus riche que ce que l’on rencontre habituellement en fantasy. Généralement dans ce style on a un bien et mal clairement identifié. Ce n’est pas le cas dans « La déserteuse ». Tout au long de l’histoire, l’identification de ces deux pôles varie, sans être vraiment claire. De même, la mort n’est pas aussi propre que dans, par exemple, les œuvres d’Eddings. La guerre est décrite sans fard, avec sa violence et ses exactions, loin de la noblesse qu’on lui attribue généralement. Il n’y a que des hommes lâches, cruels ou courageux selon les cas, mais rarement de vrais héros superbes et flamboyants. D’autres thèmes tels que la intolérance ou l’homosexualité sont aussi évoqués. Intolérance où une société civilisée à établi une norme de ce qui est la façon correcte de vivre et tente d’éradiquer tout ce qui s’en éloigne un peu, que ce soit culture, mode de vie ou religion. Enfin, bien que léger, on distingue en toile de fond le glissement d’un état civilisé vers le totalitarisme, comme cela s’est produit en Europe dans les années 1930.

La grande force de ce livre est, bien que raconté par l’héroïne après que les événements se soient produits, le dénouements est totalement inattendu. C’est un moment de lecture agréable et enrichissant. Un roman qui aurait plus sa place sur les rayons des libraires que d’autres romans édités par de grandes maisons.

La déserteuse sur Scribay.

Publicités

Les Héritiers : La prisonnière de l’Hiver

5ow1nz4ojmAlors que la plateforme Wattpad contient une très forte proportion de fan-fictions ou de romans érotiques, Scribay contient des textes plus matures et plus variés. Elle possède en son sein quelques perles. Parmi elle, j’ai découvert un texte, en cours de rédaction, mais qui promet. En fait, les chapitres n’arrivent pas assez vite pour assouvir mes besoins de lecture.

Les Héritiers de Asa No est un roman de Fantasy qui se situe sur Terre dans notre futur. Pour situer le contexte, huit cents ans avant l’histoire, les dieux – qui existent réellement – sont descendus parmi les hommes pour remettre de l’ordre dans le monde. Et ils ne sont pas bienveillants. Après avoir drastiquement réduit la population à un taux en accord avec ce que la Terre peux supporter, ils ont imposé une civilisation proche de celle du XVIIIe et des lois très contraignantes. Ils ont aussi laissé la pagaille derrière eux en contaminant quelques humains avec leurs pouvoirs et en laissant les gens normaux résoudre le problème, résoudre signifiant naturellement éliminer.

Luxina, jeune femme de vingt-et-un ans, donc normalement pas en âge de se marier, est fiancée de force au prince d’un lointain royaume nordique pour sceller une alliance, l’obligeant à tout quitter. Elle se retrouve parachutée dans un monde hostile ou elle constitue un obstacle pour certains, son seul allié étant le prince à qui elle est promise.

Je ne vais pas en dire plus pour éviter de spoiler l’histoire. Je ne peux que vous conseiller d’aller le lire.

Ajout : le livre est en version complète sur Scribay depuis le 12 mai 2O18.

La Prisonnière de l’Hiver sur Scribay